Centre-Val de Loire

Programme National Nutrition Santé (PNNS)

Article
Visuel
PNNS manger bouger
L’amélioration de l’état nutritionnel de la population constitue un enjeu majeur pour les politiques de santé publique menées en France, en Europe et dans le monde.
Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est un plan de santé publique visant à améliorer l’état de santé de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition.
Corps de texte

La nutrition s’entend comme l’équilibre entre les apports liés à l’alimentation et les dépenses occasionnées par l’activité physique.

Ainsi, le Programme National Nutrition Santé a pour but de prévenir la dégradation de la santé due à une mauvaise alimentation et/ou à une activité physique inadaptée ou insuffisante. Il se place dans une position d’accompagnement de chacun vers une meilleure santé en privilégiant des comportements positifs plutôt qu’en stigmatisant des habitudes nutritionnelles.

Le PNNS 4e génération (2018-2022) est en cours d’élaboration.

Selon sa qualité, l’alimentation est un facteur de protection de la santé ou de risque de développement des pathologies les plus fréquentes en France : divers cancers, maladies cardiovasculaires, diabète, obésité.

Consulter la fabrique à menus qui propose des idées de menus de saison variés pour manger équilibré toute la semaine en accord avec les repères nutritionnels du PNNS.

Le PNNS proposait 8 repères clés nécessaires à un bon équilibre alimentaire et un repère dédié à l’activité physique, consulter ici.

Un rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) révise pour les adultes, les repères alimentaires du PNNS. Consulter l’actualisation (au total 12 au lieu des 8 actuels).

Dans son rapport, le HCSP mentionne que l’équilibre alimentaire s’effectue plutôt sur une journée que sur un repas. De plus, l’accent est mis sur la nécessité de diversifier les aliments (notamment grâce aux lieux et modes d’approvisionnement ainsi que l’origine des produits) mais également de consommer des produits issus de cultures avec un faible taux d’exposition aux pesticides.

En santé publique, l’activité physique considérée comme un déterminant de santé, est une thérapeutique non médicamenteuse.

Il a été montré l’importance d’une activité physique régulière et notamment chez les personnes sédentaires, afin de limiter le développement de pathologies chroniques. Quels que soient son âge et son sexe, l’activité physique a un effet préventif liant les aspects physique, mental et vie sociale à la base d’un bon équilibre de vie. 

La pratique d’une activité physique ne signifie pas nécessairement la pratique d’un sport intense. Il s’agit en priorité d’éviter la sédentarité (TV, ordinateur, jeux vidéo…) en prenant l’habitude de faire quelques activités quotidiennes qui soient adaptées à son âge et à son état de santé global.
L’activité physique englobe les activités professionnelles, l’exercice physique de la vie quotidienne/domestique (déplacements, tâches ménagères), l’activité physique de loisirs ou récréatives (sport, jeu, jardinage..) et se définit par sa nature, son intensité, sa durée, sa fréquence, son contexte quotidien, familial ou communautaire.

L’Organisation Mondiale de Santé (OMS) a élaboré des niveaux d’activité physique pour la santé, recommandés pour trois classes d’âge de la population : 

  • 5-17 ans,
  • 18-64 ans
  • et 65 ans ou plus. 

Ces recommandations ont pour but de déterminer des seuils de pratique d’activité physique qui permettent d’atteindre un objectif de santé. Consulter le site de l'OMS

Concernant les jeunes enfants jusqu’à 5 ans, il est recommandé d’être actif au moins 3 heures/jour grâce à des activités physiques et des jeux. L’activité physique des enfants doit comporter des activités variées et ludiques comme la marche, la course, les sauts, les lancers, l’équilibre, la découverte du milieu aquatique pour les tout-petits... Ceci favorisera sa capacité à pratiquer, plus tard, une grande variété d’activités physiques.

Vigilance sur le temps d’écran :
- avant 2 ans, éviter totalement l’exposition aux écrans ;
- pour les 2-5 ans, limiter l’exposition aux écrans à moins d’une heure par jour. (source Santé Publique France).

 

Instaurer en France "une culture d’activité physique et sportive" d’ici 2024.

A la demande du Premier Ministre, France Stratégie vient de publier en novembre 2018, un rapport relatif à "l’Activité physique et pratique sportive pour toutes et tous".

Les éléments de ce rapport sont repris dans un dossier de présentation : banaliser l’activité en l’inscrivant dans notre quotidien, sortir de l’image du "sport comme dépassement de soi" pour aller vers des pratiques "bien-être" et des mobilités actives pour toutes et tous, à chaque âge de la vie.

Consulter ici

Une mauvaise alimentation et la sédentarité sont des facteurs de risque importants pour les principales maladies non transmissibles telles que les maladies cardio-vasculaires, l’obésité, le diabète et certains cancers.
Selon l’Organisation Mondiale de Santé, la sédentarité est le quatrième facteur de risque de mortalité au niveau mondial (6 %).
Le PNNS met en avant les aspects bénéfiques de la combinaison d’une alimentation équilibrée et adaptée à une pratique d’activité physique régulière quotidienne.

Nutrition

La nutrition est l’apport alimentaire répondant aux besoins de l’organisme.

Alimentation

L’alimentation désigne l’action de nourrir, de procurer à quelqu’un les aliments nécessaires à sa subsistance.

Aliments

Aliments d’origine animale, végétale, fongique ou chimique consommés par des êtres vivants à des fins d’alimentation ou de récréation.

Nourriture

La nourriture est ce qui entretient la vie d’un organisme en lui procurant des substances, aliments à assimiler.

Sport

Le sport est une activité physique où les participants adhèrent à un ensemble commun de règles et où un objectif de performance est défini (par exemple : sports collectifs, gymnastique, gymnastique aquatique, course à pied, marche nordique, cyclisme, ski de fond, aviron, natation). (source Santé Publique France). 

Activité physique

L'activité physique correspond à tous les mouvements de notre corps produits par la contraction des muscles et qui entraînent une dépense en énergie supérieure à celle du repos.
L’activité physique peut être effectuée dans le cadre du travail, des transports, des activités domestiques et des loisirs.
Les activités physiques de loisirs peuvent inclure le sport mais également les activités réalisées sans encadrement : par exemple, les promenades à pied, à vélo, en trottinette, dans des parcs et espaces verts, à la campagne ; des équipements spécialisés en accès libre peuvent être utilisés pour réaliser des activités physiques (parcours santé aménagés, terrains multisports, espaces de fitness en plein air, pistes cyclables, circuits de randonnée…).
Les activités domestiques concernent les activités physiques réalisées chez soi, à l’intérieur ou à l’extérieur (montées et descentes d’escaliers, travaux ménagers - passer l’aspirateur, porter des courses-, bricolage, jardinage). (source Santé Publique France). 

Inactivité physique

L’inactivité physique est définie par un niveau d’activité physique inférieur aux recommandations. Les adultes seront considérés "inactifs" (qui pourra être reformulé par "insuffisamment actifs")s’ils pratiquent moins de 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée et élevée au moins 5 jours par semaine. Les enfants et adolescents seront considérés "inactifs" s’ils pratiquent moins de 60 minutes d’activité physique par jour d’intensité modérée et élevée. (source Santé Publique France). 

Sédentarité

La sédentarité correspond aux situations passées en position assise ou allongée (en dehors de la période de sommeil et de repas) dans lesquelles les mouvements du corps sont réduits à leur minimum : regarder la télévision, travailler au bureau, sur son ordinateur, jouer aux jeux vidéo, lire, téléphoner, être passager d’un véhicule… (source Santé Publique France). 

Dans l’attente de l’élaboration de la politique nutritionnelle et de la formulation des nouveaux repères, la procédure d’attribution et de renouvellement du logo PNNS (Programme national nutrition santé) pour les actions et supports a été suspendue à compter du 1er janvier 2018 pour une durée de 18 mois.
Cette suspension de la procédure n’impacte pas les dossiers déjà évalués. Les porteurs de projets ayant obtenu l’autorisation d’apposer le logo PNNS peuvent continuer à l’utiliser pendant une durée de 24 mois à compter de la date de réception du courrier les autorisant à apposer le logo.

Arrêté du 22 décembre 2017 portant suspension de l’attribution de l’autorisation d’utilisation de la marque "Programme national nutrition santé"