Semaine régionale 2021 du dépistage du VIH, des hépatites virales et autres infections sexuellement transmissibles (IST)

Communiqué de presse

A l’occasion de la semaine régionale de dépistage du VIH, des hépatites et IST, pilotée par l’ARS Centre-Val de Loire avec l’appui du COREVIH Centre-Val de Loire, les acteurs du territoire se mobilisent pleinement du 29 novembre au 5 décembre 2021 pour informer sur les enjeux du dépistage, lutter contre le retard de diagnostic de ces maladies et proposer une offre de dépistage sur la région.

Consultez le dossier de presse complet en téléchargement en bas de page.

Plus de 100 actions sont ainsi prévues sur l’ensemble des départements. Cette semaine de dépistage s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de santé sexuelle et est destinée à promouvoir le dépistage sous toutes ses formes.

Pourquoi cette semaine ?

En France, on estime qu'environ 25 000 personnes sont infectées par le VIH et l’ignorent. Le retard au dépistage accroît fortement le poids de l’épidémie, tant au plan collectif (risque de transmission) qu’au plan individuel (30 % des personnes détectées sont déjà à un stade avancé de la maladie).

En région Centre-Val de Loire, plus de 3 000 personnes séropositives sont suivies dans différents centres et les données de Santé Publique France confirment que la région Centre-Val de Loire demeure particulièrement concernée par l’épidémie du VIH avec le pourcentage le plus élevé de positivité des sérologies VIH (hors Ile-de-France) alors même que l’activité de dépistage reste parmi les plus faibles de France (2,1 pour 1000 sérologies effectuées en région Centre-Val de Loire contre 1,3 pour 1000 sérologies en France métropolitaine). 

En raison de l’épidémie de COVID-19, l’année 2020 a été marquée par une baisse majeure du recours au dépistage du VIH sur l’ensemble du territoire national (-22 % avec un pic à -54 % entre février et mai 2020), cette baisse a également concernée la région Centre-Val de Loire avec une diminution de près d’un tiers de l’activité de dépistage.

Sensibiliser

Les infections sexuellement transmissibles sont en recrudescence et peuvent être à l’origine de complications importantes (stérilité chez la femme, septicémie…). Les cas d’hépatites restent encore trop fréquents avec des complications potentielles importantes (Cirrhose, cancer…) et peuvent largement être évités.

Informer

Il est important de continuer à informer et inciter les personnes vers le dépistage à la fois les publics les plus exposés, (hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes, usagers de drogues…), mais aussi le grand public car tout le monde est concerné́. L’organisation de cette semaine est aussi l’occasion de rappeler les enjeux du dépistage et les différentes modalités de dépistage existantes : sérologie, Test rapide d’orientation diagnostique (TROD), autotest.

Faciliter

Il est indispensable de se faire dépister afin de connaître son statut le plus tôt possible et pouvoir bénéficier d’un traitement adapté. Le meilleur test est celui que l’on fait. Cette semaine permet de proposer une offre de dépistage adaptée et de mobiliser de manière large les acteurs du territoire pour promouvoir et faciliter l’accès au dépistage.

Quels acteurs ?

Les six centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic des infections par le VIH, les hépatites virales et les infections sexuellement transmissibles (CeGIDD) sont mobilisés et ouverts à tous pour permettre ce dépistage.
Ce message de prévention est aussi porté par les structures médico-sociales (CSAPA/CAARUD) ainsi que les acteurs associatifs qui peuvent proposer une offre de dépistage par Test rapide d’orientation diagnostique (TROD).

Où ?

La liste des évènements qui se tiendront à l’occasion de cette semaine est consultable dans le dossier de presse en téléchargement ci-dessous.

Pour réaliser un test de dépistage, plusieurs choix :

  • s’adresser au médecin généraliste ou un autre professionnel de santé (gynécologue, sage-femme…
  • se rendre dans un laboratoire de biologie médicale (remboursement pris en charge si prescription du professionnel de santé)
  • se diriger vers un centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) ouvert à tout public
  • s’orienter vers des associations de prévention habilitées à pratiquer des TROD
  • se rendre en pharmacie pour l’achat d’un autotest