Centre-Val de Loire

Le risque d'intoxication au monoxyde de carbone

Actualité
Santé environnementale
Date de publication
Visuel
Visuel intoxication monoxyde de carbone
En période de froid, la vigilance doit être renforcée quant au risque d'intoxication au monoxyde de carbone.
Corps de texte

Inodore, incolore, indétectable par l’homme, le monoxyde de carbone (CO) provoque chaque année plusieurs centaines d’intoxications en région Centre-Val de Loire qui peuvent être mortelles.
Ce risque concerne tout le monde : les bons gestes de prévention également !

En cas d'accident...

- Aérer immédiatement les locaux 

- Appeler les secours

- Faire évacuer les locaux

Quels sont les effets sur la santé ?

Les signes d'une intoxication peu sévère au monoxyde de carbone (CO) ne sont pas spécifiques. Après avoir été inhalé, le monoxyde de carbone prend la place de l'oxygène dans le sang et provoque : maux de tête, étourdissements, fatigue, nausées, vomissements.

Si vous ressentez l'un de ces symptômes quand vous utilisez un appareil de chauffage, pensez au monoxyde de carbone.

Son action peut être rapide. Dans les cas les plus graves, il peut entrainer en quelques minutes le coma, voire le décès. Les personnes intoxiquées gardent parfois des séquelles à vie. Enfin, la toxicité est plus grande chez les nourrissons, les femmes enceintes, les personnes âgées et les insuffisants respiratoires.

 

Comment éviter les intoxications ?

Pour éviter les intoxications, des gestes simples existent :

  • avant l’hiver, faites vérifier vos installations de chauffage, vos conduits de fumée et vos installations de production d’eau chaude sanitaire par un professionnel qualifié,
  • veillez toute l’année à une bonne aération et ventilation de votre logement,
  • n’utilisez surtout pas un groupe électrogène dans un local fermé.

 

Lors d’événements météorologiques extrêmes

  • Les groupes électrogènes ne doivent jamais être utilisés dans un bâtiment, même ouvert sur l’extérieur. Implantés impérativement à l’extérieur des bâtiments et à une distance suffisante, leurs gaz d’échappement ne doivent être dirigés ni vers les prises d’air ni vers les ouvrants (fenêtres, portes) des habitations.
  • Les chauffages d’appoints à gaz ou à pétrole doivent être utilisés de manière ponctuelle (2 heures) et dans un local ventilé.
  • Les appareils à combustion qui ne sont pas destinés au chauffage (barbecues, braseros, gazinières, fours) ne doivent pas être détournés de leur usage à cette fin.
  • Les systèmes de ventilation permettent le bon fonctionnement des appareils à combustion. Ils ne doivent pas être obstrués, même en période de grand froid.

En région Centre-Val de Loire, 61 épisodes ont été recensés en 2017, intoxiquant 208 personnes. Les enquêtes environnementales menées lors de ces cas d’intoxication ont mis en évidence que les principaux appareils mis en cause étaient des appareils raccordés tels que les chaudières à gaz ou au fioul. Des appareils non raccordés, tels que les braseros ou barbecues utilisés pour se chauffer, ainsi que la mauvaise utilisation de groupes électrogènes ont également conduit à l’intoxication de plusieurs personnes dans notre région.