Centre-Val de Loire

Habilitation des opérateurs de lutte anti-vectorielle

Appel à projets / candidatures / manifestation d'intérêt
Environnement, santé publique et prévention
Statut
En cours d'attribution
Accroche
Un appel à candidatures est ouvert jusqu’au 20 novembre 2019 pour désigner les organismes, publics ou privés, habilités pour mettre en œuvre des missions de lutte antivectorielle (surveillance et lutte contre les insectes vecteurs de maladies pour les humains).
Corps de texte

L’ARS Centre-Val de Loire assurera les missions de surveillance entomologique et d’intervention concernant la lutte antivectorielle à compter de 2020.

Le code de la santé publique prévoit que les ARS puissent exercer ces nouvelles prérogatives en régie directe ou les confier à des organismes publics ou privés habilités par l’ARS.

Les organismes, publics ou privés, peuvent solliciter une habilitation pour exercer une à quatre des missions de lutte anti-vectorielle suivantes :

  • la surveillance entomologique des insectes vecteurs ;
  • l’intervention autour des nouvelles implantations ;
  • la prospection entomologique autour des lieux fréquentés par les cas humains ;
  • les traitements et travaux autour des lieux fréquentés par les cas humains.

À cet effet, conformément aux conditions d’habilitation, les candidats sont invités à renseigner le dossier d’habilitation joint ci-dessous et à le retourner avant le 20 novembre 2019.

Les organismes ne disposant pas d’implantation en région Centre-Val de Loire comme ceux qui n’ayant pas d’expérience dans le domaine de la lutte anti-vectorielle peuvent candidater.

Les méthodes de lutte mise en œuvre par l’Entente Interdépartementale de Démoustication (EID) Méditerranée, opérateur actuel pour les 5 départements classés aux niveaux 0a et 0b en Centre-Val de Loire, ainsi que les guides du Centre National d’Expertise sur les Vecteurs (CNEV) et de la Direction Générale de la Santé peuvent orienter les organismes souhaitant développer cette compétence. 

Les candidats seront informés de l’acceptation ou du rejet de leur habilitation, à compter du 2 janvier 2020.

L’habilitation sera valable quatre ans.